Joseph Bédier

Französisch, Sektion

Sur les traces de Joseph Bédier

actes du colloque du 22 et 23 mai 2015, dir. par Alain Corbellari et Ursula Bähler, dossier thématique de Romanische Studien, prévu pour 2016.

Né en 1864, Joseph Bédier est encore très présent dans les études médiévales, et ce à plusieurs titres :

  • comme écrivain, car sa récriture du Roman de Tristan et Iseut, dont l’énorme succès de librairie ne s’est pas encore démenti, est toujours considérée comme la plus réussie et reste la plus aimée des adaptations françaises modernes du mythe tristanien.
  • comme éditeur, car sa méthode éditoriale continue d’être discutée. Même si la querelle de la « new philology », qui a déchaîné les passions des médiévistes à la fin du XXe siècle, s’est apaisée, ses vues en la matière, qui avaient de leur temps suscité l’accusation de « dadaïsme érudit », continuent d’apparaître provocantes.
  • comme sociologue de la littérature, car son ouvrage sur Les Fabliaux, qui a influencé Propp, est toujours cité lorsque l’on évoque la question de l’origine des contes.
  • comme historien de l’épopée, car ses Légendes épiques continuent de poser la question de la composition et de la diffusion et de la chanson de geste.

Membre de l’Académie française, administrateur du Collège de France, président de l’Alliance française, président de la Fondation Singer-Polignac (1932 – 1938), originaire de la Réunion et lié par là à l’entreprise coloniale de la France du XIXe siècle, Bédier fut l’un des intellectuels les plus en vue la IIIe République : en lui se croisent à un degré rare les déterminations de la science, de la littérature et de la politique, ce qui fait de lui un personnage se prêtant à de nombreuses lectures, que ce colloque souhaiterait encourager, à l’occasion du 150e anniversaire de sa naissance.

L’histoire des études médiévales est aujourd’hui un domaine en plein essor : deux livres et de nombreux articles ont été écrits sur Bédier depuis une quinzaine d’années, mais il reste encore beaucoup à dire sur sa vie et son œuvre.

D’autres vidéos des contributions
sur le site du colloque

Contributions

Offline lesen: